Comment envoyer son manuscrit ?

Stylo plume forme diagonale noire d 39 une aile d 39 oiseau 318 60625

Bonjour et bienvenue à nouveau sur plumencre. Le site littéraire africain…

Comme promis, nous allons traiter plusieurs questions importantes de la vie littéraire des jeunes auteurs (écrivains). Pour ce numéro, traitons Comment envoyer votre manuscrit à un éditeur ?

Vous êtes jeune auteur ? Vous venez d’achever votre premier livre (Roman, Recueil, etc…), vous avez ou vous voulez franchir l’univers éditorial actuel ? C’est beau et jolie.

En général, après avoir écrit (achevé ou non) notre premier joyau, on est vite pressé d’aller le déposer chez un éditeur. Et pourtant, ça ne se passe pas toujours bien. Tout simplement parce que certaines étapes essentielles ont été ignoré.

Cet article répond à quelques préoccupations que vous pourrez éventuellement rencontrer (ou que vous rencontrez peut-être actuellement).

J’ai souvent l’habitude de dire lors de mes rencontres diverses avec le public que « Chaque manuscrit correspond à la ligne éditoriale d’au moins une maison d’édition ». Cela soulève la question « Comment bien choisir son éditeur ? ».

Avant de répondre à cette question pertinente, posons tout d’abord le problème du manuscrit. Le constat est sans équivoque et malheureusement triste…Les livres des jeunes auteurs (premiers livres) sont de plus en plus bourrés de fautes ! Des fautes évidentes. On peut bien se demander ce qui empêche véritablement un jeune à revoir ou à faire relire son manuscrit ?

Eh bien, la réponse est là…C’est la précipitation…La joie du premier manuscrit. La joie du premier bébé. (Même si le bébé est laid, on s’en fiche !)

De nombreux écrivains (jeunes) ont su développer un orgueil mirobolant (je n’exagère pas) avec leurs écrits : Ils reçoivent et admettent difficilement les critiques. Pour les plus courageux, ils n’osent même pas Soumettre leurs textes aux aînés.

Et pourtant, le résultat est macabre aujourd’hui. Dans nos bibliothèques et librairies, les livres sont de plus en plus bourrés d’erratums. On pourrait même s’interroger sur les rôles des Comités de Lecture ?

Mais laissons les comités de Lecture et parlons de la responsabilité de nos auteurs. J’ai parcouru cette semaine, quelques livres. Voici quelques expressions que je vous rapporte ; « les joures s’éternisaient », « les martins », « tous les poubelles », « l’eau du marigaut », « … »

C’est incroyable n’est-ce-pas ? Il faut dire que c’est moins grave. Car, je ne parle pas des ponctuations, des accents, de la syntaxe, etc…

Et si vous saviez le paradoxe ? Eh bien, le paradoxe est que le fond du texte est à chaque fois très pertinente. Et que finalement, c’est le canal du langage qui est mal choisit. Ou mal utilisé.

Vous êtes certainement d’accord avec moi, que les fautes après publication, sont la cause d’une non-relecture par les auteurs eux-mêmes.

Bon à Savoir ; Sachez que publier, c’est envoyer dans le domaine public son œuvre.

Certaines erreurs peuvent être commises expressément par l’auteur. Mais laissons. C’est un autre débat.

Voici ce que je propose pour vous aider dans un sens mélioratif.

1-     Révisez correctement votre manuscrit

Il est vrai, qu’il est toujours difficile pour soi-même de, corriger ses écrits. Vous pouvez donc, rechercher les avis des professionnels non complaisants (j’insiste vraiment sur non complaisants).

 Vous pouvez rencontrer des écrivains, des enseignants de langue ou tout autre aîné dans le paysage littéraire. (Cependant, n’oubliez pas que le seul maître de votre travail demeure vous.)

Parfois, ces apports peuvent être payants. Mais en général, il existe des groupes ou associations, qui le font gratuitement à tous leurs membres. C’est le cas par exemple du CLIJEC (Cercle littéraire des jeunes du Cameroun) [dont, je suis en passant, membre]

 

2-     Quand votre manuscrit est prêt…

 Pret livre plumencre

 

  • Photocopiez-le et gardez jalousement l’original ;
  • Allez à la Chasse de l’éditeur.

Méthodes très pratiques :

 

 1ère méthode : Consultez le catalogue en ligne sur le site web de la maison d’éditions.

Cette méthode a malheureusement quelques inconvénients. En effet, plusieurs maisons d’éditions en Afrique ne disposent pas encore de site web. Et même quand ceux-ci existent, ils ne sont pas toujours actualisés.

2ème méthode : (A mon avis, la meilleure) Visitez les livres de la maison d’éditions directement dans les librairies ou lors des Salons du Livre.

Ici, il y a plusieurs avantages :

  • Vous jaugez le niveau de diffusion de la maison d’éditions ;
  • Vous jugez la qualité du livre ;
  • Et éventuellement, les lignes éditoriales.

3-     Se renseigner sur la politique éditoriale :

Édition à compte d’auteur, édition à compte d’éditeur, autoédition

4-     Envoyer son manuscrit

 Modèle ici

  • L’envoi en général s’effectue par la poste. Il est toujours important de contacter la maison d’édition avant tout envoi ;
  • Il faut dire également que certains éditeurs aujourd’hui acceptent les envois par mail (vérifier sur le site de la maison d’édition) ;
  • Vous pouvez également déposer directement le tapuscrit chez l’éditeur.

Nous sommes parvenus à la fin de cet article sur plumencre. La question posée était Comment envoyer un manuscrit à un éditeur ?

Je me résume :

Révision / Conseils

Catalogue / Politique éditoriale

Envoi / Lettre d’accompagnement

 

édition manuscrit compte d'auteur compte d'éditeur