plumencre :: "L'open access court dans les rues sa majesté" - La chronique mensuelle d'Ulrich Talla Wamba

Capture affiche

Chroniques proposées tous les mois

par Ulrich Talla Wamba


L’open access court dans les rues

La lettre d’Ahmed, éducateur, villageois androïde

Sa majesté monsieur le Chef supérieur, chef de nos âmes,

Tous mes vœux les plus sincères et les plus dévouées pour la nouvelle année qui a ouvert son nectar il y a quelques jours. Je suis très ému de savoir que la présente arrive à vous, surtout depuis que les mesures de sécurité ont été quintuplement renforcées à la suite des informations malheureuses  parvenues de notre voisin du nord. Je vous écris pour vous dire tout mon soutien et celui de ma famille. Je vous écris également pour vous dire que je suis très content de la nouvelle réjouissante que vous avez annoncée relative à une démocratie plus neuve dans notre village. Je profite donc de cette opportunité pour vous adresser la présente idée qui chahute mon spirit depuis un bout. Je reviens en effet du village voisin, où j’ai vu que les choses reculent là-bas hein ? Ils se préparent même déjà pour un changement de président. Nous t’aimons ici, et d’ailleurs est-ce de votre faute si nos terres sont de plus en plus infertiles ? Si nos champs de plus en plus sont déserts ? Ou encore si nos casseroles restent désormais esseulées ? Non ooooooh !

Sa majesté, monsieur le Chef supérieur, chef de nos âmes,

J’ai vu chez les voisins l’ « open access » qui courait dans les rues. Je n’ai malheureusement pas pu l’attraper pour l’emmener ici.

En fait, c’est un jeune homme très beau, très pacifiste qui a pour mission de démocratiser le monde et l’aider à devenir réellement un village planétaire. Vous savez sa majesté, il permet aux gens là-bas de partager gratuitement des informations scientifiques et de promouvoir de manière juste les recherches. Je pense vraiment qu’il pourra être d’une utilité pour vos enfants et ensuite pour nos enfants dans un avenir proche. Il pourra réunir à la fois des chercheurs en tant que qu’auteurs de publications scientifiques (comme les vôtres), des professionnels de l’information scientifique et technique (comme les vôtres), des structures de financement de la recherche (comme votre fondation), des universitaires et des maisons d’édition (comme la vôtre).

Sa majesté, monsieur le Chef supérieur, chef de nos âmes,

L’universalité des biens intellectuels est une richesse. Notre village pourrait n’est-ce-pas, initier des partenariats avec  les autres pays voisins et lointains afin de nous permettre comme çà, d’étudier et d’enseigner les dignes filles et fils d’ici. Voilà, ainsi dévoilé mon message pour vous et la grande famille royale de ce mois. Ma famille et moi, vous souhaitons une vie éternelle, pour que notre village « Tout-pourri » soit toujours en Marche…

Admed, éducateur tout-pour-rien

Les chroniques précédentes dans le magazine littéraire africain, "CLIJEC, le Mag'"

Chronique mensuelle d'Ulrich Talla Wamba Magazine littéraire CLIJEC le Mag' Ulrich Talla Wamba plumencre