plumencre :: Une tentative de définition du genre « Les Racontages » de Marcel Kemadjou Njanke

Image 2 pour le mag

Les racontages sont réécriture du temps présent et éprouvé par notre sage ancestralité sans temps et sans bordures. C’est pourquoi les racontages sont leçons des vies du raconteur. C’est pourquoi les racontages sont leçons des vies du raconteur, c’est pourquoi ils sont au carrefour de l’histoire vécue et de la plaisanterie. C’est pourquoi dans les racontages la vie quotidienne raconte les mots et les mots racontent avec la couleur et la respiration justes cette vie. C’est pourquoi ils sont ces souffles qui traversent le raconteur. C’est pourquoi les racontages sont l’anti-genre qui porte la corbeille des genres.

C’est pourquoi ils sont intérieur cuisiné dans la marmite de la couleur locale.
C’est pourquoi ils racontent avec le conteur, mais sans conter. C’est pourquoi les racontages disent sans cesse : « ne me cherchez pas dans les lexiques du français homologué, mais dans les champs du quotidien tel qu’il est expérimenté ». C’est pourquoi les personnages des racontages sont des fractions du raconteur. C’est pourquoi les racontages ne sont jamais tentative d’embellissement du vécu. C’est pourquoi ils sont manifestation de la beauté qui s’écoule des lignes de la vie.

(Extrait) – une tentative de définition du genre « Les Racontages »

Culture de paix langues africaines Dieu n'a pas besoin de ce mensonge Dieu habite à Bangoulap Marcel Kemadjou Njanke Racontages Cameroun Les Racontages de Marcel Kemadjou Njanke Interview CLIJEC Magazine littéraire CLIJEC le Mag' Ulrich Talla Wamba plumencre

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×